titre_web20 (1)


tetouan_bouhamed_GF
De la ville de Tétouan au village de Bou Hamed par la côte méditerranéenne en passant par les communes de Oued Laou et Targha sur une  distance de 82 Km.


Avant mon départ de Kénitra le mercredi 08/08/02, j’ai parlé avec deux amis à propos  de mon voyage à vélo dans le Nord du Maroc, alors l’un d’eux m’a dit "le dimanche tu seras où ?". Je lui ai dit "selon mes calculs et si tout va bien, je serai à Oued Laou ou bien à Targha". Alors, ils m’ont dit "nous te rencontrons à Oued Laou le dimanche matin, nous allons prendre la voiture de bonne heure et nous allons essayer d’être là-bas avant 11h ". Alors, je leur ai dit d’accord et je leur ai conseillé de ne pas prendre la route de Larache-Tétouan, mais de prendre la route d’Ouazane-Chefchaouene puis l’arrivée à Oued Laou, car c’est la route la plus courte et la plus belle.

Mon programme pendant ce quatrième jour de mon voyage était d’aller à Oued Laou à 45 Km à l’Est de la ville de Tétouan pour rencontrer mes amis et passer toute la journée avec eux à la plage et vers la soirée, moi j’aurai pris une chambre à hôtel et eux, ils auraient  pris le chemin du retour ça c’est sûr, car tous les deux travaillaient ; l’un est chauffeur d’un petit-taxi et l’autre travaille dans une blanchisserie et leur travail ne leur permet pas  plus d’une journée de repos. Vraiment j’ai de la chance de travailler dans l’enseignement, Je ne gagne pas beaucoup d’argent, mais j’ai le temps pour voyager.

Vive l’enseignement !

La route entre Tétouan et Oued Laou est magique, elle serpente sur une dizaine de virages en longeant de près le rivage avec des belles vues sur des plages et des criques. Vraiment c’est une belle route pour faire du vélo et pour profiter le maximaux de ce paysage j’ai décidé de rouler doucement en prenant chaque fois une photo, car l’essentiel ce jour-là et d’arriver à Oued Laou avant 11h.

En arrivant à Oued Laou j’ai téléphoné à l’un de mes amis et il m’a dit qu’ils n’avaient pas pris la route. Quelle surprise ! Je n’étais bien préparé à cette nouvelle. Alors que faire dans cette situation où tout mon programme du jour aurait dû être changé? Et pour ne pas prendre une décision précipitée j’ai décidé de faire un tour dans la plage. Elle était pleine de monde, car c’est le week-end. Après une  demi-heure sur la plage avec ma Bmw, j’ai passé à l’unique hôtel  de  cette "station balnéaire" pour voir s’il y avait une chambre vide malheureusement non et le propriétaire m’a dit d’attendre jusqu’à 18h, car la plupart des chambres se seraient vidées  avant la soirée.

Attendre jusqu’à 18h pour moi c’est impossible de rester toute la journée  tout seul à la plage et de plus j’étais très déçu par ce rendez-vous manqué et c’est ma faute, car j’aurais dû les appeler la veille pour savoir s’ils allaient venir ou bien non.

Pour continuer mon voyage d’Oued Laou vers le Nord il y a deux routes l’une vers chefchaouene et l’autre toujours par la côte vers El Jebeha en passant par Stehat et Targha.

Pour la première route  je la connais, mais je n’avais pas voulu la prendre, car je l’ai déjà faite en voiture pendant mes vacances dans cette région en 1997, de plus je ne voulais pas m’éloigner de la côte. Pour la deuxième route  je ne la connais pas et le problème c'est que je n'avais aucune information, car elle n’était pas dans mon programme du jour. Alors, pour régler ce problème je suis allé près de la station des taxis, un chauffeur m'a dit que la route est superbe, il y avait des paysages à voir et  qu'à Targha il n’y avait pas d'hôtel, mais  des maisons à louer.

Après avoir bien réfléchi j'ai décidé de prendre la route côtière bien que cette région du Nord soit l'une des régions les  plus dangereuses de tout le Royaume à cause de la contrebande, de l'immigration clandestine et de la drogue.

"Là où il y a de l'argent illicite, il y a toujours danger".

Avant de quitter Oued Laou, j'ai mangé un peu et j'ai acheté quelques provisions pour le reste de cette étape; des biscuits, deux barres de chocolat et de l'eau puis j'ai pris la route.

La route est superbe avec des plages éblouissantes et des belles vues à la fin de chaque montée, vraiment des paysages extraordinaires, je ne savais pas  que dans mon pays se trouve des paysages aussi superbes. Cette région est inconnue des touristes étrangers et des marocains eux-mêmes, car cette région connaît une grande marginalisation surtout par les agences de voyages et par les médias visuelles qui ne montrent jamais ces beaux paysages.

Pour les paysages je n’étais pas déçu, mais l’angoisse et l’inquiétude m’envahissaient chaque fois que je pensais "Que faire si je ne trouve pas une maison à louer? Et que faire si je tombe en panne sur cette route presque vide?".

Heureusement tous les 4 ou 5 km il y a un poste des forces auxiliaires "Mghaznya" (agents de sécurité) pour garder la côte contre les contrebandiers, les trafiquants de la drogue et les immigrants clandestins, vraiment un vrai casse-tête pour eux et chaque fois que je passais à côté de leurs postes, je les ai salués en essayant de créer une "amitié" virtuelle dans le cas où je serai tombé en panne ou bien si je n’avais pas trouvé une chambre à louer. 

A Targha  je suis arrivé  vers 16h, j’ai trouvé une maison, mais le propriétaire m’a demandé 300 DH ; c’est trop cher pour moi et le problème c'est que ce propriétaire n’a pas voulu baisser un centime ; un vrai Rifain ! J’ai cherché encore pour trouver une maison ou bien une chambre moins chère, mais sans résultat, heureusement un habitant m’a dit qu’à Bou Hamed, un petit village à 18 km de Targha, il y avait un petit hôtel à 30 DH la nuit, alors j’ai décidé de prendre la route et de rouler à fond malgré la fatigue pour arriver au moins avant le coucher du soleil. C’est risqué, mais que faire 30DH ce n’est pas 300DH. (Il manque seulement un Zéro à 30 !).

A Bou Hamed j’ai trouvé l’hôtel à 25 DH seulement, j’ai arrangé mes affaires, j’ai pris une douche et je suis sorti pour manger le plus temps possible et acheter des provisions pour l’étape suivante, car en entrant au petit village j’ai vu qu’il y avait un seul restaurant et 2 ou bien 3 cafés et j’avais pensé qu’après le coucher du soleil je ne trouverait rien  à manger.

Après avoir mangé et bu un verre de thé dans un café, je suis allé à mon hôtel pour dormir le plus temps possible car j’étais très fatigué par cette longue étape qui a duré plus de 11h, mais en rentrant à l’hôtel je l’ai trouvé plein de monde, car à mon arrivée il a été vide et j’étais tout seul. J’ai demandé au responsable des informations et il m’a dit "ce soir il y aura un mariage dans le village et c’est Abde Laaziz Stati qui va chanter c’est pour ce là que tous les jeunes des environs sont venus ici pour voir Stati".

Stati est ici ! Le plus grand chanteur de la chanson populaire marocaine est ici. Vraiment c’est incroyable et ça montre bien qu’il y a ici de l’argent de la d… j’avais envie moi aussi de ressortir pour assister à ce mariage et voir Stati, malheureusement j’étais très épuisé par cette étape et je n’avais qu’une seule envie,  c’était de dormir, mais en m’allongeant sur mon lit  je n’ai pas pu fermer l’œil à cause du vacarme causé par ces jeunes personnes qui sont venues de loin et en grand nombre pour voir "Sting" de la chanson populaire marocaine, mais le pire ce n’était pas le vacarme seulement qui m’a empêché de dormir; il y avait aussi la fumée du "haschich" qui avait envahi toute ma chambre et c’était insupportable ! J’ai ouvert la fenêtre et fermé la porte, mais sans résultat. Ici c’est rare de voir une personne fumer une cigarette. La plupart des "Fumeurs" fument des joints ou bien du Sebsi (Une pipe made in Morocco utilisée pour fumer du kif).

Vers 22h j’ai pu dormir tranquillement après que tout le monde eut quitté l’hôtel et après avoir laissé aussi la fenêtre ouverte toute la nuit pour aérer la chambre de l'odeur du Kif et du Haschich.

1

Le matin avant mon départ de la ville de Tétouan près du palais Royal.

2

La route entre Tétouan et Oued Laou est magique.

3

Des dizaines de plages et de criques qui vous donnent l'envie de faire plusieurs arrêts.

5a

Prendre une photo avec un trépied, ce n'est pas une tache facile surtout s'il y a du vent.

Je suis toujours prêt à faire un saut dans le cas où mon appareille risque de tomber.

4

La route longeant de plus ou moins près le rivage, très accidentée.

6

L'arrivée à Oued Laou, l'une des plus belles stations balnéaires de la côte méditerranéenne, malheureusement ses atouts touristiques sont mal exploites.  Un seul petit hôtel pour une "station balnéaire" vraiment c'est honteux pour le tourisme.   

oued_laou

7

Une autre plage sur la route entre Oued Laou et Targha.

8

Dans cette région il faut avoir seulement une tente pour passer des vacances gratuit.

9

Là où il y a une  plage, il y a un camping sauvage.

11

Sur cette route  il y a des dizaines de petites montées et  à la fin de chaque montée il y a une belle vue sur la côte.

13

Targha, surprenant petit village à 17 km au sud-est d’Oued Laou.

12

Cette route entre Tétouan et El Jebeha il faut la faire à pieds. Cette région est l'une des plus belles  du Maroc malheureusement elle est marginalisée sur tous les plans et c'est  bien pour le tourisme "sauvage" et la "virginité" de cette région.

14

La fin de cette étape après 82 Km de rêve. Vraiment  c'est  la plus belle étape de mon voyage dans le Nord du Maroc et mon seul regret durant cette étape c'est de n'a pas eu une appareille numérique.

NB: A ce temps là (2002) l'appareille numérique coûte trop chère: 2 mégapixel à plus 3000 DH.

Animated Glow