Etape N2  Le  5/04/2004

cooltext232679367371189

DSC05831oooo

De Aourir à   Imouzzer des Ida Outanane  55 KM

*********************************************************

*********************************************************

 Imouzzer des Ida-Outanane est une commune rurale de la préfecture d'Agadir Ida-Outanane, dans la région de Souss-Massa, au Maroc. Elle a pour chef-lieu un village du même nom.Elle est réputée pour ses cascades, spectaculaires les années humides, ses amandes et son miel légèrement poivré.

000130 (Copier)

000125 (Copier)

000126 (Copier)

000127 (Copier)

000128 (Copier)

000129 (Copier)

000131 (Copier)

000124 (Copier)  000118 (Copier)

000117 (Copier)  000119 (Copier)

La région d’Immouzer des Ida Outanane, est l’une des plus agréables excursions des environs d’Agadir qui mène au cœur du pays des Ida Outanane, confédération de tribus berbères, qui ne s’est rallié au makhzen, le pouvoir central, qu’en 1927.

Située aux contreforts de l’extrême ouest du Haut Atlas, qui plonge dans l’Atlantique aux environs du Cap Rhir, le relief se distingue par de hauts plateaux calcaires entaillés de gorges à la végétation variée qui lui valent le charmant surnom de « vallée du paradis ».

Village d’Immouzer

Perché à 1250 m d’altitude, les maisons blanches du village d’Immouzer dominent une large dépression occupée par une belle palmeraie. L’apiculture est l’une des activités principales des habitants du village, dont le miel aux parfums de fleurs, de thym, de lavande ou de cactus est réputé dans l’ensemble du Maroc. La production annuelle est estimée à environ 120 tonnes.

Aux bords des routes, et dans de nombreuses échoppes, le miel est vendu en pot de 150 g à 1 kg ; le miel de thym, considéré comme le meilleur, est le plus cher.

Le souk hebdomadaire d’Immouzer se tient tous les jeudis.

Gorges de l’asif n’Tarhat

Une fois avoir passé l’asif Tamrhakht, les hautes parois des gorges surplombent subitement la route qui continue le long de la rivière courant parmi les roches et les bouquets de palmiers.

Quittant les gorges, celle-ci grimpe pour les dominer et, enfin, atteindre un plateau fertile où les palmeraies se succèdent. Accrochés aux parois rocheuses, quelques villages, aux maisons de pierres, à toits plats, s’y succèdent.

Cascades

Depuis Imouzzer, une route goudronnée descend en lacet sur 4 km avant de rejoindre la palmeraie et ses cascades en activité uniquement de janvier à mars.

Au niveau du guet, un chemin ombragé par les palmiers, oliviers et amandiers, serpente à travers les champs irrigués jusqu’aux cascades jaillissant sur plusieurs niveaux en s’écoulant le long des parois abruptes de la roche.

La plus grande d’entre elles, lisse, est blanchie par un dépôt de roche calcaire, lui donnant son surnom de « voile de la marié ». Les vasques naturelles, alimentées par les cascades, s’improvisent en autant de piscines aux eaux claires et… bien fraîches. Parking gardé, donc payant, à l’entrée du site.

A la recherche de fossiles

Il est assez aisé de découvrir lors de randonnées des fossiles marins datant du crétacé, car il y a 70 millions d’années, la mer recouvrait alors la région. Au fil des temps, les couches géologiques se sont redressées formant une chaîne montagneuse en emportant les dépôts de sédiments marins.

cet article de ce site: http://www.sud-maroc.com