mardi 15 mars 2011

KETAMA-AL HOCEIMA

image

coollogo_com-48597935
KET_HOCI_GF

La huitième étape entre Ketama-Al Hoceima en passant par Targuist sur une distance de 115 km. Une étape 100% descendante


Je me suis réveillé vers 5h 30min, j’ai fait mes ablutions et mes prières du matin puis je suis descendu au café de l’hôtel et j’ai demandé du thé et une omelette. J’ai pris mon petit-déjeuner à la hâte, car j’ai voulu quitter cette ville le plus tôt possible. Vers 6h15min j’ai fait descendre mes affaires et ma Bmw et avant de sortir j’ai appelé mon ami (le garçon du café) qui venait de se réveiller et je l’ai remercié de sa gentillesse et du service qui m’a rendu et lui de sa part, il m’a souhaité bonne chance pour le reste de mon voyage et à cette occasion je le salue et je lui dis merci beaucoup mon Ami « Mohamed ».

Je n’ai pas su son vrai nom, car durant le temps que j’ai passé à Ketama, je l’ai appelé « Mohamed » et lui de sa part, il ne m’a pas dit son vrai nom. Au Maroc, le nom de "Mohamed" c’est un nom qu’on donne toujours à quelqu’un que l’on ne connaît pas et c’est un nom honorable, car c’est le nom de notre prophète.

Vers 6h 30 min j’ai pris la route; à ce moment-là les rues de la ville de Ketama étaient désertes et à la sortie de la ville je n’ai pas rencontré de Bznza « Trafiquants » comme la veille, ils n’étaient pas encore réveillés pour faire leurs « barrages » sur la route et à l’entrée de la ville.

Après ma sortie de la ville de Ketama et durant les dix premiers kilomètres, j’ai eu un peu de difficultés à cause de la pente et de faux plat montant jusqu’au sommet du col de Bab Tizichen qui se trouve à 1580 m d’altitude et après le col je n’ai eu que de la descente et de faux plat descendant jusqu’à l’entrée d’Al Hoceima.

Au Kilomètre 40 et à 2 km seulement de la petite ville de Targuist, j’ai fait une pause dans une épicerie qui se trouvait au bord de la route, j’ai mangé un peu: un yaourt avec un gâteau et j’ai acheté une bouteille de l’eau minérale.

Durant cette étape je n’ai pas beaucoup bu, car il n’y avait pas de chaleur comme l’étape précédente entre El Jebha et Ketama et en plus la plupart du temps j’étais  dans la descente. Cette étape a été la plus facile de tout ce voyage dans le Nord du Maroc. Vraiment, je me suis bien amusé en faisant un peu de « Ski » dans les virages. Des centaines de virages avec un superbe paysage des deux côtés de la route; des montagnes, des vallées, des rivières, des sources et le bonus durant cette étape: c’est le nombre de véhicules sur la route, qui ont été moins nombreux et parfois inexistants ; c’est superbe pour faire du vélo tranquillement et sans le moindre souci à condition d’avoir toujours les mains sur les freins, car il y avait des virages très serrés qu’il fallait négocier avec prudence.

A une quinzaine de Kilomètres d’Al Hoceima, il y avait une route qui menait à Kalah Iris et à Badis, alors j’ai voulu changer le programme du jour et me rendre dans l’un de ces deux lieux, mais d’après les gens que j’ai questionnés au bord de la route et à Ait Kamar, ils m’ont tous dit qu’à Kalah Iris et à Badis, il n’y avait pas d’hôtel et que les maisons à louer étaient trop chères.

Je n’avais pas de chance avec Kalah Iris. En 2000, j’ai été en vacances à Al Hoceima avec un ami et nous avons voulu voir cette plage, mais malheureusement nous n’avons pas trouvé de transport. Cette année avant mon départ de Kénitra j’avais programmé Kalah Iris dans mon voyage, mais à El Jebha j’ai été obligé d’aller à Ketama, car il n’y avait pas de route entre El Jebha et Al Hoceima par la côte. (Aujourd’hui, il y en a une qui passe par la plage de Kalah Iris).

Vraiment, j’avais  une grande envie de voir Kalah Iris et surtout la célèbre presqu’île de Badis (Peñón de Vélez de la Gomera) c’est une enclave espagnole en territoire marocain, que j’avais vue sur des dizaines de cartes postales et j’avais aussi l’envie de voir le lieu du tournage du film d'Abderrahman Tazi qui l’avait filmé dans le village de Badis et qui avait pour titre « Badis ».

Ce film je l’ai vu à la fin des années quatre-vingts à la télé et aussi au cinéma, il raconte l’histoire d’un instituteur de Casablanca qui se fait muter volontairement à la presqu'île forteresse de Badis, pour mieux surveiller son épouse Touria. Il la séquestre à la maison, mais celle-ci se lie d'amitié avec Moira, une jeune fille du village mi-marocaine mi-espagnole. Les deux femmes se sentiront prisonnières et tenteront de fuir.

A 10 km d’Al Hoceima et à un croisement de chemins près d’Ait Youssef Ou Ali, il y avait deux gendarmes et l’un d’eux m’a fait signe de m’arrêter pas pour excès de vitesse ou bien pour vérification de papiers, mais seulement pour me saluer, ils étaient très contents de moi quand ils ont appris que j’étais marocain, ils m’ont questionné sur le parcours de mon voyage et l’un d’eux m’a dit « Est-ce que tu n’as pas eu de problèmes sur la route ? » je lui ai dit de ma tête « non ». II m’a dit « tu as de la chance mon ami ! ». A La façon de me dire (tu as de la chance mon ami) j’avais deviné de quoi il avait voulu parler: de Bznaza bien sûr, trafiquants qui se trouvaient au bord de la route entre la ville de Chefchaoune et la ville de Ketama.

Vers 13 h je suis arrivé à Al Hoceima très en forme après une étape très facile et extraordinaire sur le plan du paysage, et la première chose que j’ai faite en entrant dans cette superbe ville, c’était de faire une visite de souvenir à la plage de Cala Bonita car c’était dans le camping qui se trouvait à côté de cette plage que j’ai passé mes vacances en l’an 2000 avec un ami (voir mes albums photos). C’est une jolie plage, malheureusement ils (les responsables de La ville) l’ont tuée par les égouts du camping et des maisons voisines qui déversaient leurs ordures directement dans la mer.

Après la visite de la plage de Cala Bonita, je suis monté au centre-ville, car il y avait une montée très dure; un vrai mur de 500m. Dans le centre, j’ai trouvé une chambre dans un modeste hôtel pour le prix de 40 DH la nuit.

Après avoir rangé mes affaires et pris une douche, je suis allé dans un restaurant de repas rapide et j’ai demandé un sandwich de viande hachée avec une salade, j’ai mangé lentement et c’était la première fois depuis mon départ de Kénitra que j'ai pris mon déjeuner tranquillement après la fin de l’étape, les autres fois, j’avais mangé sur la route et ce n’était pas bien pour un voyageur à vélo surtout s’il y avait encore du chemin à parcourir et le pire, s’il y avait de la montée à franchir. Après le repas, je suis allé dans ma chambre pour me reposer.

Vers 16 h, je suis sorti pour faire une visite dans le centre-ville puis je suis allé dans un café où j’ai pris un jus d’orange sur la terrasse avec une belle vue sur la plage de Quemado. Le reste de l’après-midi je l’ai passé sur la plage de Quemado et sur la corniche près du port et la soirée je l’ai passée au centre-ville et dans la grande place de Rif. Cette place était très remplie et très animée, car il y avait une soirée musicale organisée par la société Maroc-Telecom.

Vers 22 h, j’ai quitté la place malgré moi, car j’aurais voulu rester un peu pour regarder des musiciens locaux (Des Rifains), mais malheureusement j’étais obligé d’aller dormir pour être prêt pour la prochaine étape. Sur ma route vers l’hôtel, je suis passé dans un restaurant pour prendre un sandwich puis dans une épicerie pour acheter des biscuits et des morceaux de chocolat pour la neuvième étape entre Al Hoceima et Midar, qui d’après mes connaissances, serait très dure pour moi surtout dans la montée de Kassita que j’avais déjà faite en autocar pendant mon voyage vers Nador.

Al Hoceima, c’est une très jolie petite ville et c’est le plus beau site de la côte méditerranéenne marocaine. Nombreuses plages, criques, calanques et promontoires… Tous ces atouts lui procurent les meilleures chances de devenir un jour, une station balnéaire réputée. Vraiment c’est une très jolie petite ville et elle mérite bien le nom de la perle de la Méditerranée et si un jour quelqu’un me demande quelles sont les villes que tu as appréciées durant ton voyage au tour du Maroc ? Je répondrai et sans la moindre hésitation : la première ville c’est la ville d’Al Hoceima sur la côte méditerranéenne dans le nord du Maroc et la seconde ville c’est la ville de Sidi Ifni sur la côte atlantique dans le Sud du Maroc et la troisième ville c'est la ville de Larche dans le Nord du Maroc sur la côte atlantique. Ces trois villes ont plusieurs liens communs, malgré l’éloignement géographique, elles sont très jolies, très petites, très propres…. Elles ont une population très modeste et elles ont aussi un paysage magnifique dans les environs. Je les ai beaucoup aimées  et si j’avais la possibilité, je vivrais dans l’une d’elles.


F1190005_GF__800x600_
Sur la route, j'ai voulu changer le programme du jour et aller à Cala-Iris (Kalah Iris), mais malheureusement il n'y avait pas d'hôtel dans cette région.
F1190021_GF__800x600_
L'arrivée à Al Hoceima, près de la plage de Cala Bonita.
HO_010_GF
La plage de Cala Bonita, de loin, c'est une superbe plage mais de près, c'est une vraie catastrophe écologique avec des égouts qui passent au milieu des baigneurs.
F1200009_GF__800x600_
La plage de Quemado. Très jolie petite plage, mais elle est très surpeuplée pendant l'été.
HO_002_GF
Cette plage est bordée par un hôtel qui porte le même nom.
F1190022_GF__800x600_
le nouveau port d'Al Hoceima, qui va contribuer au développement de cette région de Rif.

F1200026_GF__800x600_

Ce grand port va tuer la plage de Quemado, si les autorités ne font pas attention.

F1200025_GF__800x600_
Près de la plage de Quemado. 3 DH pour l'entrée à la plage.
F1200010_GF__800x600_
La soirée, je l'ai passée sur la place de Rif.
al_hociema

image_2_

Ces quatre photos en dessous, je les ai achetées dans un Studio. Elles représentent deux enclaves espagnoles en territoire marocain.

OUJ__52__GF__800x600_
La presqu'île de Badis,j'aimerais l'avoir un jour.
HO_016_GF

La presqu'île de Badis (Vélez de la Gomera )


La presqu'île de Badis (Peñón de Vélez de la Gomera ) est située près du village de pêche Torres qui fait partie du cercle de Bani Boufrah-Targuist, province d'Al Hoceima.

Incluse dans les eaux territoriales marocaines, sa superficie est de 1,9 hectare et son altitude est de 87 mètres. Occupée une première fois vers 1508 par Pedro Navarro, et après de nombreuses reprises et conquètes, elle est tombée sous la domination Catalane sous Felipe II en 1564. Actuellement, elle est rattachée administrativement à Melilla et compte en permanence une cinquantaine de soldats de l'armée de terre espagnole. Mais leur nombre évolue en fonction de la conjoncture politique maroco-espagnole.Elle est ravitaillée à partir de Melilla, par bateau et par hélicoptère (45 minutes de vol).
 
HO_012_GF

La plage d'Asfiha (elle est Marocaine) face à l'îlot de Nkour "Peñón de Alhucemas" (il est espagnol). Cet îlot est une résidence surveillée espagnole.

OUJ__57__GF__800x600_
Le Peñón de Alhucemas (rocher d'al-hoceima) est une petite île de 70 m de longueur, 50 m de largeur. Elle est occupée par un fort, quelques maisons et une église. Cette île est située à 300 m au large du Maroc.
cooltext525039608

Posté par smimou à 04:35:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,