jeudi 9 juin 2011

LE RIF

Glitter Words

Glitter Words


gg_GF

L'itinéraire de la première partie de mon voyage à vélo dans le Nord du Maroc. C’est l’un des itinéraires les beaux de tout le Royaume du Maroc. J’aimerais le refaire un jour à vélo bien sûr.


La fin de la première partie de ce voyage à vélo dans le nord du Maroc. En général cette première partie de onze jours a été superbe et très intéressante sur tous les plans: touristique, sportif, culturelle… Je me suis bien amusé de ma sortie de la ville de Kénitra dans l’ouest du Maroc sur l’Atlantique jusqu’à mon arrivée à la ville d’Oujda à l’est du Maroc près des frontières algéro-marocaines en passant par le Rif. Durant ce trajet de plus de Mille kilomètres, j’ai traversé des dizaines de villes et des centaines de villages, je n'ai vu que de beaux paysages ; des plages, des criques, des montagnes, des vallées, des rivières, des sources… J’ai rencontré des centaines de personnes au bord de la route, dans les cafés et aussi dans les hôtels où j’ai passés mes nuits. Vraiment cet itinéraire est l’un des plus fantastiques de tout le royaume et je le conseille pour tous les amateurs du voyage à vélo.

NB: aujourd’hui, il y a une route 100% côtière de la ville de  Tanger jusqu’à la station balnéaire de Saïda, mais il est préférable de faire un peu de côte et un peu de montagne.

Cette région du Maroc est un peu inconnue par beaucoup de marocains et elles sont rares les personnes des autres régions du Royaume qui voyageaient ici pour passer leurs vacances, car la plupart d’entre eux préférent la côte atlantique et ces célèbres plages: Asila, Larache, Moulay Bousselham, Mehdiya, Bouznikha, Skhirat, Mohammedia, Azmmour, Elhaouziya, El Oualidia, Souira Kédima, Essaouira,Trhazoute, Agadir, Aglou, Mirhleft, Sidi Ifni… .Personnellement j’ai vu toutes ces plages de la côte Atlantique et j’ai vu aussi les plages de la côte méditerranéenne et je dirais avec sincérité pour tous les amateurs de la nature que la côte méditerranéenne du Maroc est beaucoup plus jolie que la côte Atlantique avec des plages extraordinaires, des criques, de la falaise et le bonus sur cette côte; c’est la montagne qui a donné un charme de plus à cette côte de 500 Km. Le seul point noir sur cette côte c’est le Kif et le haschich surtout entre Oued Laou et Ketama en passant par El Jebeha et on peut ajouter aussi à ce point noir la contrebande et l’immigration clandestine. Tous ces éléments d’insécurité n’encourageaient pas les gens à voyager dans cette région, mêmes les opérateurs touristiques ne prenaient pas le risque d'envoyer leurs clients dans le Rif et personnellement je n’ai pas vu un seul autocar touristique sur cette route surtout entre Oued Laou et Ketama en passant par El Jebeha et la plupart des touristes qui voyageaient ici, ils  venaient seulement pour le K… Vraiment il y a danger sur cette route surtout dans les environs de Ketama où j’ai vu des dizaines de Bznaza (trafiquants) qui essaient par tous les moyens de vendre leurs marchandises à des routiers en faisant des « barrages » au bord de la route.     

A la fin voici un article que j’ai lu sur ce site www.lexpress.fr et qui décrivait  bien cette région du Rif et la côte méditerranéenne marocaine de Tanger jusqu’à la station balnéaire de Saïda. Cette côte de 500 Km que j’aimerais un jour  revisiter à vélo bien sûr et avec mon fils qui a aujourd'hui quatre ans et un vélo de quatre roues.

kkk__800x600_ 

Bonne route mon enfant !


 

Glitter Words

Les dix étapes de ce voyage à vélo dans le Nord du Maroc.

 6 1  2

  08  10  7

3 4  5

9


L'article intégral de Lexpress.fr

Connaissez-vous la côte du Rif? Non? Normal, en France, les tour-opérateurs ignorent superbement ces 500 kilomètres de côtes splendides, bordées par la Méditerranée et qui s'étendent, dans le nord du Maroc, entre Tanger et l'Algérie. De Tétouan, notre route vers l'est sera donc solitaire et longera, sur 130 kilomètres, plages désertes et criques secrètes, gorges et falaises jusqu'à El-Jebha, le terme de notre voyage, où la route quitte les rivages pour s'enfoncer dans la montagne vers Ketama.

Peu nombreux sont les visiteurs à s'aventurer en terre rhomara. A l'ombre des sommets du Rif, mer et montagne se confondent pour donner naissance à une côte sauvage, escarpée et superbe. Pourtant, personne ne vous incitera à vous aventurer dans cette direction. Ni les guides, tout occupés à résumer les beautés du Rif à la seule ville de Chechaouen, là-haut dans la montagne, et pour qui le bord de mer demeure terra incognita, ni les habitants d'Oued Laou, l'une des seules bourgades de la côte, qui vous montreront d'une main résignée le meilleur moyen de rejoindre ces mêmes sentiers occupés par des caravanes de touristes. Non pas qu'on ne veuille pas de vous, mais, là-bas, «il n'y a rien à voir». Oualou («rien»). Et pourtant… Oualou, cela veut dire pas d'hôtel, pas de cartes postales et pas de marchand de tapis. Voilà qui soulagera le portefeuille. Les sens, en revanche, seront plus sollicités qu'à l'accoutumée. Au point de se demander par quel miracle la côte des Rhomara a été épargnée…

Le Rif marocain est la région la plus isolée du pourtour méditerranéen. Le désenclavement des provinces du Nord est désormais un objectif prioritaire du roi Mohammed VI, mais, pour l'instant, les aides de l'Etat ne profitent qu'aux rives du détroit de Gibraltar. Là-bas, vers Tanger, le développement économique défigure le littoral: les bétonneuses sont déjà à l'œuvre. En attendant qu'elles atteignent les Rhomara, prendre à gauche le long de la côte, c'est encore un peu partir à l'aventure. Pour aller à Oued Laou, il faut quitter tout d'abord Tétouan par la route côtière. La bande goudronnée se rétrécit et annonce rapidement la couleur: les amortisseurs de la voiture seront mis à rude épreuve. Du cap Mazari, la vue est imprenable. A l'ouest, le djebel Moussa, Cabo Negro et la presqu'île de Ceuta se chevauchent à l'horizon. Derrière, on devine même le rocher de Gibraltar, perdu dans la brume. Là-bas, c'est le détroit. Ici, commence vraiment la mer Méditerranée. Comme pour mieux nous en convaincre, la terre, rouge, s'est donné des airs de maquis corse: le chant des cigales couvre presque le bruit des grands taxis. On les entend venir de loin, serpentant entre les forêts de pins, rétrogradant péniblement dans les virages en épingle. Ici, la montagne se jette dans la mer et la route épouse les accidents de la nature. Elle dévale des pentes vertigineuses, remonte l'embouchure des oueds, fait volte-face à l'entrée de canyons profonds, tergiverse tant et si bien qu'il devient inutile de compter les kilomètres. En bas, au fond des calanques, se cachent des plages de sable noir. Pour y aller? Au mieux, un petit sentier escarpé. Mais, à l'arrivée, la baignade est à la mesure de l'effort: mer d'huile, eau limpide et plage déserte…

Avec ses riches villas alignées le long de la plage, la petite station balnéaire d'Oued Laou ne vit que l'été. En revanche, à quelques kilomètres, Beni Said se réveille chaque semaine. C'est à croire que toute la montagne s'est donné rendez-vous au souk du samedi: un océan de chapeaux de paille, arrivés à cheval, à pied, à bord de bus fatigués ou de grands taxis surchargés. Les femmes se sont enveloppées dans leur plus beau mindel, la couverture traditionnelle rouge et blanc. Des hommes endimanchés sirotent leur thé à l'ombre des eucalyptus.

Mais il faut reprendre la route. Le paysage devient plus aride. Au détour d'un virage, quelques paillotes font office de restaurant. Au menu, des sardines grillées, passées directement du filet au barbecue. Sous les cannisses, trois gamins jouent au baby-foot. Bienvenue à Targha. A l'ombre des ruines du fort portugais s'étend une longue bande de sable. La plage serait déserte si un jeune soldat ne la gardait pas. Contre quoi? «Le trafic…» Réponse évasive qui n'ose avouer l'envers du décor. Lequel ne tardera pas à se dévoiler sans ambages. Car après Targha, impossible d'échapper aux champs de cannabis qui dévalent jusqu'à la mer. Vous pouvez admirer la luxuriance inattendue du paysage, mais ne vous en approchez surtout pas. Au rayon dégustation, on ne saurait trop vous conseiller d'opter pour un sage et traditionnel thé à la menthe sur la plage de Bou Ahmed. Ici, le vent d'est, le chergui, a dû un jour arrêter les horloges. Trois barques bleues sont alignées sur le sable… Au fur et à mesure que l'on avance vers l'est, la route dévoile de nouvelles baies, enjambe des caps toujours plus hauts. Sur le bas-côté, des enfants aux yeux clairs gardent un troupeau de chèvres alpinistes. Aux points culminants, la vue se multiplie, des dizaines de fois. Ocre, grise, rose, selon l'humeur et le soleil, la côte se pare de ses plus beaux atours.

El-Jebha se voit de loin. Le petit port de pêche s'est niché à l'ombre d'une montagne blanche. Ici, les journées se vivent au rythme des sorties en mer. La nuit, des lumières vacillent au large. On pêche à la lanterne: les poissons se précipitent vers la lumière, il ne reste plus qu'à les cueillir. En échange de quelques dirhams, Mokhtar se fera un plaisir de transformer sa barque en vedette touristique. L'esquif quitte le port et contourne la pointe des Pêcheurs, percée de grottes. Plus loin, la mer a sculpté un cirque naturel dans le calcaire. Aujourd'hui, un voilier est au mouillage dans la lagune. Sur le chemin du retour, un banc de dauphins improvise une parade inoubliable, comme s'il voulait nous persuader de l'inestimable rareté de ce rivage.

A El-Jebha, après avoir hésité pendant 130 kilomètres, la route quitte la mer et remonte vers les crêtes. Une piste de terre rouge invite les vrais aventuriers à poursuivre le voyage. Plus loin, les plages sont-elles encore plus désertes, les criques plus sauvages? Le Rif n'a pas encore livré tous ses secrets.


Posté par smimou à 07:43:00 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,